Une tempête vient de détruire 14 millions d’arbres en Italie. Changement climatique?

L’Italie a été touchée par une tempête catastrophique que l‘agence de protection civile décrit comme «l’une des situations météorologiques les plus complexes des 50 à 60 dernières années». Les vents violents et les pluies torrentielles ont coûté la vie de plus de 20 personnes et ont rasé des milliers d’hectares de forêts dans le Nord du pays.

L’impact sur la population est sévère, les inondations ont détruit des maisons et ont laissé 160000 personnes sans électricité. La tempête a causé des dégâts considérables au Nord du pays mais également tout au Sud, en Sicile. D’entières régions ont été mises à genoux par ce désastre inhabituel. Vous trouverez plus de détails sur l’impact désastreux de la tempête sur la population italienne dans la presse. Parlons un peu plus sur son impact sur l’environnement.

14 millions d’arbres détruits

L’association des sociétés agricoles italiennes, a déclaré dans un communiqué que les vents violents ont détruit environ 14 millions d’arbres, surtout dans le Nord. Des arbres majestueux ont été cassé comme des allumettes par la force brutale des vents. Les forêts autour de Venise ont été les plus touchées. La forêt de Val di Fiemme a été gravement endommagée. Il s’agit de la forêt où le luthier Antonio Stradivari s’est procuré le bois pour ses instruments. L’association a déclaré que

“Il nous faudra au moins un siècle pour revenir à la normale”,

Changement climatique?

Quand nous observons une tempête ou un ouragan particulièrement violents la peur du changement climatique traverse nos esprits. En tout cas les esprits des gens qui sont sensibilisés au sujet. Est-ce que cette tempête a été provoqué par le réchauffement climatique ou est-ce que c’est un éventement qui se produirait même si les humains n’étions pas là? Je pense que c’est une mauvaise question. Il est certainement beaucoup plus captivant de parler au sujet du changement climatique dans le contexte des tempêtes qui attirent facilement l’attention du public, mais ce n’est pas une stratégie très productive. Je doute que beaucoup de climatologues oseraient spéculer en liant directement un éventement particulier aux effets du réchauffement climatique. Les climatologues regardent les tendances à météorologiques à grandes échelles temporelles. Peut-être une telle tempête est sensée se produire une fois tous les 200 ans, mais pour qu’on puisse dire avec certitude que ces éventements sont directement attribuables au réchauffement climatique, nous devons récolter des donnés pendant des décennies, voir des siècles et les juxtaposer avec les prédictions du climat normal.

L’urgence

Le problème c’est que nous n’avons ni le luxe, ni la nécessité d’attendre. Pratiquement tous les climatologues sont d’accord sur le fait que le réchauffement climatique rend les tempêtes violentes plus fréquentes et augmente la force des tempêtes exceptionnelles. Nous n’avons pas besoin d’attribuer un tel ou un tel éventement au changement climatique pour qu’on soit sûr que ce genre d’éventements se répéteront de plus en plus fréquemment dans l’avenir, surtout si nous n’agissons pas d’une manière urgente. Et si nous attendons encore 100 ans pour avoir des données encore plus précises sur la tendance, il sera déjà trop tard. Plus nous changeons le climat, plus le changement sort de notre contrôle car nous déclenchons des mécanismes naturels qui renforcent ses effets. Un point de non-retour existe et nous ne pouvons pas savoir à quel moment nous allons le dépasser. Il est même probable que nous l’avons déjà fait et que malgré nos efforts il sera impossible d’éviter un réchauffement qui serait catastrophique pour la civilisation humaine. Ce genre de tempêtes nous donnent un aperçu du monde que nous sommes en train de créer. Si elles deviennent la nouvelle norme nos économies ne seraient pas assez résilientes pour gérer ce genre de dégâts. Et la nature même ne sera pas capable de se régénérer assez rapidement.

Aleks Evtimov

Je suis le créateur et le gestionnaire des communautés 'Plus d'Arbres Moins de Connards', 'Je ne suis plus un mouton', 'L'univers est en nous' et 'More Trees Less Assholes'. Depuis cinq ans nous utilisons les réseaux sociaux ensemble dans le but de donner une voix à ceux qui n'en ont pas. Je créé du contenu sur la déforestation, le changement climatique, le bien être des animaux et la pollution et grâce à vos interactions ces informations atteignent des millions de personnes chaque année. J'aime bien toucher à d'autres problèmes modernes, tels que l'intelligence artificielle et son impact sur l'économie et les réseaux sociaux et leur impact sur notre société et nos systèmes politiques. Je suis loin d'être un expert dans le domaine de la méditation, mais j'aime partager mes expériences personnelles avec vous.

Write a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *