Une nouvelle étude a trouvé une mauvaise surprise dans le sel que nos consommons

Une étude publiée le mois passé a relevé une découverte très troublante. Des chercheurs de la Corée du Sud et de Greenpeace ont analysé 39 marques de sel provenant de 21 pays de 6 continents. Ils ont découvert que 36 exemplaires étaient contaminés avec des micro-plastiques. Cela veut dire que

90% du sel de table contient des micro-plastiques

Ces découvertes ne devraient pas nous étonner. Le sel de mer est produit par l’évaporation d’eau océanique. Normalement ce qui reste suite à l’évaporation c’est du sel et d’autres minerais. Si vous n’avez jamais ouvert Facebook ou Twitter durant les dernières années, vous serez peut être surpris d’apprendre que les océans sont en train de devenir des poubelles géantes de notre société industrielle. L’échelle de pollution est difficile à imaginer, nos cerveaux ne sont pas faits pour fonctionner à ce genre d’échelles, mais essayons quand même. Méditez pendant quelques secondes sur cette statistique, selon Greenpeace,

Chaque minute de chaque jour, l’équivalent d’un camion de plastique entre dans la mer

Tout ce plastique n’est pas ‘seulement’ en train d’étouffer et d’empoisonner la faune. Il commence à faire partie de toute la chaîne alimentaire. Le plastique prend énormément de temps pour se décomposer et durant ce processus de dégradation les morceaux de plastique deviennent de plus en plus petits. Ils sont donc digérés et incorporé par des micro-organismes et s’accumulent dans la chaîne alimentaire. Cette nouvelle étude nous montre que même si vous ne consommez pas du poisson ou des crevettes, le plastique arrive quand même dans votre assiette via le sel que vous consommez.

Les résultats, publiés dans Environmental Science & Technology, se fondent sur d’autres études sur les micro-plastiques, qui ont révélé que le contaminant était abondant dans les sédiments des plages, des rivières, des lacs et même des glaces arctiques !

“Des études récentes ont révélé que les plastiques sont présents dans les fruits de mer, la faune, l’eau du robinet et maintenant dans le sel. Il est clair qu’il n’y a pas moyen d’échapper à cette crise “, a déclaré Mikyoung Kim, militant de Greenpeace East Asia dans un communiqué. “Nous devons mettre fin à la pollution plastique à la source……Pour la santé des personnes et notre environnement, il est extrêmement important que les entreprises réduisent immédiatement leur dépendance aux plastiques jetables.”

Actuellement, il n’est pas du tout évident d’éviter totalement les plastiques dans notre vie quotidienne. Il est certainement important de réduire notre consommation de produits emballés dans du plastique, mais nos efforts ne peuvent pas s’arrêter là. Nous devons exercer une pression directe sur les producteurs, les distributeurs et sur nos législateurs afin d’essayer de trouver des solutions urgentes, tant au niveau local qu’au niveau international. Je vous suggère de commencer ici :

Envoyons une lettre aux supermarchés: demandons le choix de refuser le plastique

Si vous souhaitez apprendre plus sur la pollution plastique consultez cet article :

Plus de plastique que de poisson dans la mer d’ici 2050 ?

 

Aleks Evtimov

Je suis le créateur et le gestionnaire des communautés 'Plus d'Arbres Moins de Connards', 'Je ne suis plus un mouton', 'L'univers est en nous' et 'More Trees Less Assholes'. Depuis cinq ans nous utilisons les réseaux sociaux ensemble dans le but de donner une voix à ceux qui n'en ont pas. Je créé du contenu sur la déforestation, le changement climatique, le bien être des animaux et la pollution et grâce à vos interactions ces informations atteignent des millions de personnes chaque année. J'aime bien toucher à d'autres problèmes modernes, tels que l'intelligence artificielle et son impact sur l'économie et les réseaux sociaux et leur impact sur notre société et nos systèmes politiques. Je suis loin d'être un expert dans le domaine de la méditation, mais j'aime partager mes expériences personnelles avec vous.

Write a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *