Les défis de la définition du Revenu Universel de Base

L’automatisation croissante est en train de rendre nos capacités professionnelles obsolètes, ce qui renforce l’inégalité économique partout dans le monde. Le débat autour du Revenu Universel de Base (RUB) est de plus en plus pertinent de nos jours. Il est proposé comme solution de la part de penseurs de gauche et de droite, de la part d’activistes, de P.D.G et de politiciens. C’est une solution qui commence à paraître comme absolument nécessaire à la stabilité économique du futur, mais qui est encore assez mal définie dans notre imaginaire collectif. Au début, le plus de critiques adressaient la partie du ‘revenu’ – d’où est-ce que cet argent va venir et est-ce que c’est justifiable ‘d’offrir’ de l’argent aux gens. L’essor de la robotisation a commencé à convaincre même les personnes les plus sceptiques qu’il ne sera pas très difficile de trouver les ressources nécessaires pour financer un tel projet. Ce sont les mots ‘universel‘ et ‘de base‘ qui demandent plus de réflexion. Voici la définition du RUB, telle qu’elle apparaît sur revenudebase.info

 « Le revenu de base est un droit inaliénable, inconditionnel, cumulable avec d’autres revenus, distribué par une communauté politique à tous ses membres, de la naissance à la mort, sur base individuelle, sans contrôle des ressources ni exigence de contrepartie, dont le montant et le financement sont ajustés démocratiquement. »

Universel ?

Qu’est-ce que le mot universel veut dire concrètement? Est-ce que le RUB s’appliquera de manière universelle dans une région, dans un pays ou bien à toute la population de Terre? Généralement quand on parle de RUB, la plupart des gens envisagent une implémentation nationale. Quand Elon Musk ou Barack Obama ont parlé de la nécessité d’implémenter le RUB sous une forme ou une autre dans les 10, 20 ans à venir ils parlaient sûrement sur une échelle nationale. Des expérimentations avec le RUB sont en cours, mais elles se déroulent à des échelles régionales en Finlande, au Pays-Bas, en Italie en Inde… Le problème avec l’implémentation nationale est que le plus grand nombre de victimes de l’automatisation ne vivent pas en Finlande ou en Hollande. L’automatisation diminue la demande pour la main d’œuvre que des pays comme le Bangladesh et l’Inde vendent aux pays riches. Qu’il s’agisse d’une usine de fabrication de t-shirts ou d’un call-center, nous pouvons imaginer comment l’automatisation va faire disparaître la demande pour ces jobs qui exigent peu de qualifications. Une imprimante moderne serait capable de produire des t-shirts toute seule, tout comme l’intelligence artificielle pourrait répondre  à toutes vos questions quand vous appellerez le service clients. Les personnes qui perdront leurs emplois n’auront pas les moyens de se rééduquer pour devenir des designers de t-shirts et des programmistes. De plus ces nouveaux postes qui seront créés par la nouvelle industrie seront beaucoup moins nombreux que ceux qui seront perdu en même temps. Le revenu qui avant était partagé avec les pays asiatiques, sera désormais dans le contrôle des grandes compagnies technologiques. Bill Gates a proposé une ‘taxe sur les robots‘ comme source de financement pour le RUB. Nous pouvons imaginer que les citoyens et les compagnies pourraient se mettre d’accord qu’une telle taxe financerait les jobs perdus au niveau national, mais pouvons nous espérer qu’ils seront d’accord qu’une partie de leurs taxes devraient être envoyé en Asie et en Afrique pour financer les besoins de base des gens qui sont désormais au chômage?

De Base?

La définition de ce qui constitue les besoins ‘de base’ est un autre point de controverse et de questionnement. D’une perspective biologique nous pouvons voir nos besoins caloriques et nutritionnels comme la base universelle de nos besoins. Clairement la nourriture n’est pas le seul besoin que nous avons, chaque culture et région voit ce qui est essentiel d’une manière différente. L’accès au logement, à l’éducation et au système de soins de santé sont considérés comme des besoins primaires en Europe, ce qui n’est pas encore le cas au États-Unis. L’accès à l’information, la connexion internet peut être également vue comme un besoin absolument essentiel pour chaque homme, femme et enfant modernes.

Le RUB toque à notre porte, mais nous devons nous engager dans un débat public actif pour définir le RUB d’une manière qui donnera les meilleurs résultats pour le plus grand nombre de personnes. La question n’est plus si oui ou non , nous avons besoin d’un RUB, la question c’est quelle forme il va prendre et comment est-ce que nous allons procéder pour l’implémenter.

 

Est-ce que c’est une bonne ou une mauvaise chose que les robots sont en train de prendre nos jobs?

Durant le 20ème siècle beaucoup d’emplois manufacturiers ont été perdu, mais de nouveaux postes ont été crée simultanément dans le secteur des services.  L’automatisation est en plein essor de nos jours. Le secteur du travail manuel est en péril, mais il n’est pas le seul. Le secteur des services est désormais aussi en compétence avec l’intelligence artificielle qui a commencé de remplacer les humains dans une grande variété de tâches cognitives. Bien sûr, nous pouvons nous attendre que de nouveau jobs vont être crées aussi durant le 21ème siècle, et ceci est déjà en train de se produire. Le problème c’est que ces jobs seront concentrés dans l’ingénierie de logiciel et de robots et dans le domaine du divertissement. En tout cas, il s’agirait de domaines qui demandent de très hauts niveaux d’expertise et de créativité artistique, ce qui veut dire que ces nouveaux emplois ne vont pas répondre aux défis du chômage et des travailleurs manquant de qualifications. Comment pouvons-nous adapter notre système économique à cette nouvelle réalité émergente? Si nous ne changeons rien, l’automatisation va apporter des avantages qu’à la classe économique qui en a la propriété, tandis que la masse des gens perdront leur moyens de survie.  Voici une solution qui devient de plus en plus pertinente.

Le Revenu Universel de Base

Des penseurs de gauche et de droite commencent à comprendre que l’idée d’un Revenu Universel de Base (RUB) pourrait être une solution qui donnerait de la stabilité à l’économie de demain. Si vous n’êtes pas familier avec le concept, l’idée générale est d’accorder un revenu à chaque personne, peut importe si la personne travaille ou non. Ce revenu devrait être suffisant pour couvrir les besoin primaires de chaque individu.

Il y a de très bonnes chances que nous finissions par implémenter un revenu de base universel, ou quelque chose comme ça, en raison de l’automatisation“, a déclaré Elon Musk lors d’un sommet international à Dubaï.  Il a déclaré qu’un RUB serait «nécessaire». L‘avantage que le RUB présente face à l’automatisation est non-négligeable.

Okay, mais qui va payer ?

L’idée n’est pas que les gens ne vont plus travailler, mais qu’ils auront la sécurité nécessaire pour apprendre et développer de nouvelles capacités qui leurs permettraient de trouver un emploi. Très peu de gens se contenteront à ne rien faire de leurs journées. Le RUB ouvrira les portes à une époque d’essor créatif et artistique et permettra aux gens de s’accommoder à l’économie changeante qui sera dirigé par la puissance de l’automatisation. Une des critiques les plus générales est lié à la source du financement. D’où viendra tout cet argent? Il y a beaucoup de réponses possibles à cette question, mais voici une qui vient de Bill Gates. Il a parlé de son idée de “taxe sur les robots‘ comme un moyen pour le gouvernement de récolter de l’argent.

“Si un travailleur humain effectue un travail de 50 000 $ dans une usine, ce revenu est imposable”, a déclaré Gates lors d’une interview avec Quartz. Si un robot effectue le même travail, nous devrions taxer le robot à un taux similaire“.

Évidement, il y a encore beaucoup de questions qui se posent autours de l’idée du RUB. Qu’est-ce que le mot universel signifie réellement? Est-ce qu’il s’agit d’une implémentation régionale, nationale ou mondiale? Par où est-ce qu’il faut commencer? Et qu’est-ce qu’on entend par ‘de base’? Ce qu’une personne considère comme un luxe peut être vu comme un besoin primaire par quelqu’un d’autre. Nous explorons ces questions dans cet article. Ce qui certain, c’est que l’automatisation va concentrer beaucoup d’argent et de puissance dans les mains de ceux qui en auront la propriété, et nous devrions ouvrir le débat publique sur la question et nous devrions chercher des solutions ensemble.