Est-ce que c’est une bonne ou une mauvaise chose que les robots sont en train de prendre nos jobs?

Durant le 20ème siècle beaucoup d’emplois manufacturiers ont été perdu, mais de nouveaux postes ont été crée simultanément dans le secteur des services.  L’automatisation est en plein essor de nos jours. Le secteur du travail manuel est en péril, mais il n’est pas le seul. Le secteur des services est désormais aussi en compétence avec l’intelligence artificielle qui a commencé de remplacer les humains dans une grande variété de tâches cognitives. Bien sûr, nous pouvons nous attendre que de nouveau jobs vont être crées aussi durant le 21ème siècle, et ceci est déjà en train de se produire. Le problème c’est que ces jobs seront concentrés dans l’ingénierie de logiciel et de robots et dans le domaine du divertissement. En tout cas, il s’agirait de domaines qui demandent de très hauts niveaux d’expertise et de créativité artistique, ce qui veut dire que ces nouveaux emplois ne vont pas répondre aux défis du chômage et des travailleurs manquant de qualifications. Comment pouvons-nous adapter notre système économique à cette nouvelle réalité émergente? Si nous ne changeons rien, l’automatisation va apporter des avantages qu’à la classe économique qui en a la propriété, tandis que la masse des gens perdront leur moyens de survie.  Voici une solution qui devient de plus en plus pertinente.

Le Revenu Universel de Base

Des penseurs de gauche et de droite commencent à comprendre que l’idée d’un Revenu Universel de Base (RUB) pourrait être une solution qui donnerait de la stabilité à l’économie de demain. Si vous n’êtes pas familier avec le concept, l’idée générale est d’accorder un revenu à chaque personne, peut importe si la personne travaille ou non. Ce revenu devrait être suffisant pour couvrir les besoin primaires de chaque individu.

Il y a de très bonnes chances que nous finissions par implémenter un revenu de base universel, ou quelque chose comme ça, en raison de l’automatisation“, a déclaré Elon Musk lors d’un sommet international à Dubaï.  Il a déclaré qu’un RUB serait «nécessaire». L‘avantage que le RUB présente face à l’automatisation est non-négligeable.

Okay, mais qui va payer ?

L’idée n’est pas que les gens ne vont plus travailler, mais qu’ils auront la sécurité nécessaire pour apprendre et développer de nouvelles capacités qui leurs permettraient de trouver un emploi. Très peu de gens se contenteront à ne rien faire de leurs journées. Le RUB ouvrira les portes à une époque d’essor créatif et artistique et permettra aux gens de s’accommoder à l’économie changeante qui sera dirigé par la puissance de l’automatisation. Une des critiques les plus générales est lié à la source du financement. D’où viendra tout cet argent? Il y a beaucoup de réponses possibles à cette question, mais voici une qui vient de Bill Gates. Il a parlé de son idée de “taxe sur les robots‘ comme un moyen pour le gouvernement de récolter de l’argent.

“Si un travailleur humain effectue un travail de 50 000 $ dans une usine, ce revenu est imposable”, a déclaré Gates lors d’une interview avec Quartz. Si un robot effectue le même travail, nous devrions taxer le robot à un taux similaire“.

Évidement, il y a encore beaucoup de questions qui se posent autours de l’idée du RUB. Qu’est-ce que le mot universel signifie réellement? Est-ce qu’il s’agit d’une implémentation régionale, nationale ou mondiale? Par où est-ce qu’il faut commencer? Et qu’est-ce qu’on entend par ‘de base’? Ce qu’une personne considère comme un luxe peut être vu comme un besoin primaire par quelqu’un d’autre. Nous explorons ces questions dans cet article. Ce qui certain, c’est que l’automatisation va concentrer beaucoup d’argent et de puissance dans les mains de ceux qui en auront la propriété, et nous devrions ouvrir le débat publique sur la question et nous devrions chercher des solutions ensemble.

Voici certains jobs surprenants que les robots nous ont déjà volés

L’automatisation est déjà arrivé beaucoup plus loin que ce que la plupart des gens s’imaginent. Le progrès réalisé dans les derniers 10 ans est considérable et la tendance continue à se développer à grande vitesse. L’intelligence artificielle couplée aux améliorations de la robotique ont ouvert de nouveaux horizons aux machines. Est-ce que les robots vont rendre vos qualifications obsolètes? Voici quelques exemples qui vous donneront une idée de la situation:

Barmans :

Si vous allez à bord de la croisière Royal Caribbean, vous pouvez constater que votre cocktail fruité sera préparé par un barman robot. Ces robots peuvent faire deux boissons par minute, jusqu’à 1000 par jour. De plus, alors que le barman dans le bar au coin de la rue sera assez distrait pour se tromper de la recette ou des proportions, le robot barman ne fera aucune erreur. Vous avez l’option de choisir un des cocktails sur la liste ou de personnaliser votre boisson comme bon vous semble. Le robot est capable de faire environ 65 boissons avant qu’il doit être rechargé par un humain. Il est peut être un peu moins charmant, mais très efficace !

Soldats:

C’est sans doute une des applications de l’automatisation qui nous fait le plus peur, mais les robots pourraient remplacer un quart de tous les soldats de combat de États-Unis d’ici 2030, selon les déclarations faites par un général de l’armée américaine. Les robots peuvent occuper pratiquement n’importe quel poste, de la neutralisation des mines jusqu’au combat de première ligne. Inutile de dire que les robots pourront tirer avec une extrême précision et seront beaucoup plus efficaces machines  à tuer que les humains. Évidement, tout cela fait peur…

Pharmaciens :

À  San Francisco, à la pharmacie de l’Université de Californie, ce n’est pas un humain qui se charge des prescriptions, c’est un robot. Des ordinateurs reçoivent les paquets de prescriptions et des robots et les dispensent. Au cours de sa première phase d’opération, l’université affirme qu’il n’y a eu aucune erreur dans les 350 000 doses que le robot a remplies. De plus, la capacité analytique des robots leur permet de faire leur travail mieux qu’un humains. En ayant accès à l’historique du patient, le robot peut s’assurer qu’un médicament ne va pas interagir avec un autre que le patient est déjà en train de prendre.

Journalistes :

Les journalistes devraient aussi se poser des questions quant à leur futur professionnel, les robot pourraient bientôt prendre leur travail. L’intelligence artificielle est déjà capable de rédiger des articles d’une manière impressionnante. S’il s’agit d’articles qui incluent beaucoup de chiffres, comme c’est le cas dans les domaines des finances et du sport, les robots ont déjà des avantages. Les journaux sont impatients d’implémenter ces nouvelles technologies car elles permettent de faire beaucoup d’économies et donnent la possibilité d’étendre l’influence des journaux sur les réseaux sociaux. The Washington Post a utilisé le logiciel Heliograf, qui en 2016 a rédigé plus que 500 articles pratiquement sans intervention humaine et a généré plus de 500 000 cliques pour la compagnie.

Avocats et techniciens juridiques :

Des clients paient des millions pour que des avocats et des parajuristes fassent du travail que des robots peuvent faire déjà faire mieux: à savoir ‘l’examen de documents’, dans lequel des personnes qualifiés inspectent des centaines de documents à la recherche de mentions de certains mots, objets ou concepts. Une compagnie basée à Silicon Valley, offre ce service sans faire recours à la main d’œuvre humaine. Les robots, contrairement aux humains, ne se fatiguent pas et sont donc souvent mieux équipés pour effectuer ce genre de tâches.

Constructeurs :

La société australienne Fastbrick Robotics a développé un robot, le Hadrian X, qui peut mettre 1 000 briques en une heure – une tâche qui prendraient le temps de deux ouvriers humains pour la grande partie d’une journée.

Dans un rapport récent, le Forum Économique Mondial a prédit que l’automatisation entraînerait une perte de plus de 5 millions d’emplois dans 15 pays développés d’ici 2020. Une autre étude, menée par l’Organisation Internationale du Travail, indique que jusqu’à 137 millions de travailleurs à travers le Cambodge, l’Indonésie, les Philippines, la Thaïlande et le Vietnam – environ 56% de la main-d’œuvre totale de ces pays – risquent de se faire remplacer par des robots. Si nous n’adoptons pas de mesures urgentes et innovatrices, les conséquences sur l’économie peuvent être dramatiques. Lisez plus sur la question dans cet article.