Qui voudrait vivre en autarcie sur une île?

Face à la récession dramatique que la Grèce a subi de nombreux jeunes Grecs ont quitté le pays à la recherche d’emplois à l’étranger. Apostolos Sianos, un Athénien de 31 ans a créé un projet qui renverse cette tendance et qui a rassemblé des jeunes personnes du pays et de l’Europe.

Apostolos avait un job dans le web-design qui était naturellement très lucratif, mais il a décidé de quitter son poste dans l’objectif d’établir une éco-commune.  D’un coté il a été motivé par sa passion pour la nature : «la manière dont nous traitons notre planète n’est pas la bonne» et d’un autre coté il a vu ce projet comme un pas vers la liberté  A une époque où nos vies sont contrôlé par l’argent, il a voulu apprendre avec les gens l’autosuffisance. Ce projet ambitieux appelée Telaithrion a démarré à Aghios un village sur la belle île d’Evia.

« Cela signifie qu’ils peuvent apprendre des choses simples comme faire son propre pain ou des choses plus complexes comme la construction de leur propre maison, » dit Sianos, qui a aidé à construire les yourtes de la commune.
Cette poignée de citoyens du monde a prouvé au reste de la planète qu’une vie alternative à la vie urbaine était possible. Le projet ne va pas se limiter à la Grèce : «J’espère créer d’autres centres dans le pays, développer un véritable réseau “universitaire” parallèle, alternatif.»
Voici leur site intérnet ou vous trouverez plus d’informations sur leur projet : http://en.freeandreal.org/

2 thoughts on “Qui voudrait vivre en autarcie sur une île?

  • magnifique tout simplement nous appartenons a la nature et nous nous devons de la respecter, elle nous offres beaucoup de chose pour notre survie , sachons l’écouter et l’aimer et son harmonie nous rendra heureux , magnifique …

  • ce lieu n est pas une communaute. plutot un endroit pour vendre des stages. ce n est pas un lieu qui fonctionne en autarcie, il n y a pas d ecole.on peut quand meme y voir des choses interessantes mais beaucoup d infos dans ce reportage sont fausses. j ai rencontre beaucoup de gens qui etaient decus par la philosophie “reelle” (le lieu s appelle free and real) du lieu.
    attention au romantisme vehicule par les medias. de toute facon on s en fout, l important etant de ne pas scotche devant l ecran et de passer a l action.

    ni esclave ni oppresseur! autonomie et autogestion !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *