Alerte : les faons que vous trouvez durant cette période ne sont pas vraiment abandonnés

Cette publication s’adresse à toutes les personnes qui aiment se promener en forêt ou qui habitent autour des forêts.
Si vous avez déjà croisé des chevreuils, vous savez que ce sont des animaux peureux qui ne vous laissent pas vous approcher. Pourtant, pendant la première semaine de leurs vies, les faons, se comportent d’une manière qui induit beaucoup de gens en erreur. Tout d’abord, ils ne vont pas essayer de fuir, ce qui nous fait penser qu’ils cherchent notre attention. Ce qui est encore plus bizarre, c’est que les faons semblent souvent abandonnés. Ils sont seuls au milieu de l’herbe ou des buissons et très souvent vous ne verrez pas leur mère. Cette situation peut nous faire croire que le faon a perdu sa mère, ce qui fait que beaucoup de gens essaient de secourir l’animal. Malheureusement ces personnes bien-intentionnées vont probablement mettre la vie du faon en danger.

Les faons sont nés à la fin du mois de mai jusque la fin du mois de juin. De manière générale s’ils n’y a pas de biche morte dans la région le faon n’est un orphelin. La mère peut prendre 6, 10 et même jusque 24 heures avant qu’elle se sente assez en sécurité pour revenir à son faon. Elle doit faire très attention pour ne pas conduire des prédateurs directement vers son bébé.
Durant la première semaine de sa vie le faon n’essayera pas de fuir, il se laissera toucher et caresser. C’est sa stratégie de survie durant les premiers jours de sa vie, il essaye de ne pas attirer l’attention des prédateurs. Donc même si le faon reste immobile, ne le touchez pas. Cela pourrait amener la mère à le rejeter et votre odeur pourrait attirer des prédateurs. Gardez-vous et vos animaux loin du faon, sinon vous risquez de faire peur à la mère. Si vous savez qu’il y a des chevreuils dans la forêt que vous visitez gardez vos chiens en laisse durant cette période. Même si vous avez confiance en votre chien, vous ne pouvez pas savoir comment il va réagir s’il repère le faon.
De plus, le phénomène d’empreinte psychologique peut causer le faon de commencer à vous suivre, ce qui causera encore plus de troubles pour lui et pour sa mère. Si le faon est enlevé de l’endroit où il reste, la mère ne pourra pas le retrouver quand elle reviendra pour le nourrir.  Gardez vos distances et repartez vite pour permettre à la mère de retrouver son bébé et de le nourrir.
Malheureusement, beaucoup de gens ne sont pas au courant de ces faits, partagez cette publication avec vos amis et votre famille. Cette information s’applique uniquement aux nouveau-nés, si vous trouvez un animal blessé ou adulte, appelez les autorités.

Voici un témoignage et deux photos partagés par Mag. T. , une membre de notre communauté Plus d’arbres moins moins de Connards :

Mon grand-père aidait, il y a une vingtaine d’années (maintenant ouhh le temps passe), à faire les comptages des cerfs pour éviter et pister les braconniers dans les Alpes-Maritimes. Un jour (en 1996) des gens de la SPACA sont venus le voir avec un jeune faon que des randonneurs avaient ramenés pensant qu’il était abandonné. Ayant du terrain, et comme il “connaissait” ces animaux, il l’a adopté et soigné. On l’a nourrit au biberon et finalement gardé avec nous, car sa remise en liberté n’avait pas fonctionné (je ne me rappelle plus de tous les détails j’avais pas 10 ans). Elle était quasiment adulte (bébé ça ne servait à rien) mais la horde qu’on suivait la repoussait. Elle revenait tout le temps sur nous et n’essayait même pas d’aller les sentir plus que ça, pour le peu que je m’en souvienne. Elle était domestiquée, c’était une biche, appelée originalement “féline” comme dans Bambi. Elle a vécu 19 ans en captivité. Nous espérons qu’elle a été heureuse le plus possible, mais difficile de le savoir. Il faut que les gens comprennent qu’il s’agit d’un animal sauvage, forestier. Ce n’est pas un cheval ou un animal qui aime paître toute sa vie dans un champ. Ce n’est pas non plus un chien, même si elle nous suivait et partageait beaucoup de moments avec nous. Elle avait son caractère : possessive de mon grand-père, joueuse avec les ballons et l’eau (et les draps étendus aussi)… mais aussi très seule loin d’une horde.

 

Et voici un panneau que j’ai filmé dans une zone de protection :

Protégeons les faons

Un message important à partager !

Публикувахте от Plus d'Arbres Moins de Connards в Събота, 23 юни 2018 г.

 

 

Write a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *