Pourquoi tout le monde veut se mêler dans la politique du Brésil ?

Avant et après l’élection de Bolsonaro des internautes du monde entier ont réagit. Beaucoup de gens sont angoissés et effrayés par le résultat des élections et ils expriment leurs inquiétudes sur les réseaux sociaux. Et en même temps, beaucoup de gens sont fâchés contre ces réactions et se demandent pourquoi tous ces gens se sentent concernés par ce qui se passe au Brésil. ”Les brésiliens ont fait leur choix , regarde plutôt ce qui se passe dans ton propre assiette  et arrête de chialer sur Facebook’‘. Peut-être certains d’entre eux se réjouissent de la victoire de Bolsonaro, peut-être ils ne se rendent pas compte que ce qui passe au Brésil nous concerne tous.

La mondialisation, une réalité incontournable

Ce qui se passe dans le cinquième plus grand pays du monde ne concerne pas seulement ce pays, ça nous impacte tous. Nous devons reconnaître le fait que nous vivons dans une société mondialisée. Beaucoup de gens ont peur de ce contexte global et aimeraient revenir en arrière, mais ceci est non seulement improbable, c’est pratiquement impossible.

Le processus de mondialisation était déjà en cours avant la révolution industrielle, mais les nouvelles technologies ont créé un monde qui dépend d’une grande connectivité entre tous les peuples. Même si tous les rêves des partis d’extrême droite se réalisent et ils instaurent des politiques protectionniste, en fermant toutes les frontières de telle sorte que les personnes, les biens et les services ne peuvent plus circuler, la mondialisation continuera à être une réalité incontournable. Nous partageons tous la même Terre et aujourd’hui nous avons la capacité de détruire, ou en tout cas, de perturber sévèrement l’écosystème. L’atmosphère et le cycle d’eau nous lieront pour toujours, peu importe nos opinions politiques.

Si un pays déciderait de quitter les accords de Montréal et de produire des gaz CFC qui détruisent la couche d’ozone, tous les autres pays vont en souffrir (ce qui se passe en ce moment). La vie de la population mondiale serait mise en péril.

Les dangers du nationalisme

Le nouveau président qui est ouvertement climato-sceptique  a exprimé ses envies de privatiser et d’exploiter les richesses de la forêt Amazonienne sans se faire des soucis des conséquences. Le Brésil abrite la majeure partie de la plus grande forêt tropicale du monde et les choix qu’il va faire ne concernent pas seulement les brésiliens ou les peuples autochtones qui seront directement touchés. Les citoyens de la France, du Canada, du Kenya etc. ont de très bonnes raisons de s’inquiéter de la politique intérieure du Brésil.

Personnellement je voudrais vivre dans un monde encore plus mondialisé. Pour l’instant la mondialisation agit surtout sur les marchés, tandis que les réglementations environnementales et sociales au niveau international sont encore très faible. J’aimerais vivre dans un monde où la politique de tous les pays est restreinte par des réglementations environnementales efficaces et contraignantes. Beaucoup de gens ont peur de ce genre d’accords internationaux car ils voient une restriction de la souveraineté des pays, mais je ne vois pas un problème fondamental là-dedans. Le fait de perdre la ‘liberté’ d’empoisonner l’océan et les rivières, de polluer l’atmosphère, de raser les dernières forêts et de détruire la couche d’ozone n’est pas une réelle restriction de la liberté. Le concept de liberté ne peut pas exister sur une planète sans couche d’ozone, tout le monde serait mort de cancer. Je souhaite voir un monde où les pays sont de plus en plus proches et coopèrent activement, surtout dans le cadre de la protection de l’environnent et la protection des droits de l’homme. Le nationalistes nous vendent le rêve nostalgique d’une autonomie de l’État nation, qui ne peut plus exister dans le contexte moderne.

Les droits de l’homme sont universels

Les droits de l’homme ne connaissent pas de frontières et je suis ravi de voir que les gens de tous les pays pour les droits des minorités ethniques, politiques et sociales au Brésil. C’est un très bon signe, l’humanité est progressivement en train de rassembler dans une tribu globale. Durant l’histoire les gens étaient préoccupés seulement avec le bien-être de leur propres famille, tribu, communauté locale ou pays. Ceci est en train de changer, en partie grâce aux nouveaux moyens de communication. Les droits de l’homme sont en train devenir des valeur réellement universelle. Même le fait de reconnaître qu’il y a encore énormément de travail à faire dans pratiquement tous les pays montre que les mentalités sont en train d’évoluer.


Avez-vous apprécié cet article?

luniversestennous.com est un site indépendant, géré par une seule personne. Ceci me permet de traiter des sujets et d’exprimer des points de vue qui sont rarement représentés dans les médias traditionnels. Ceci n’est pas une activité particulièrement lucrative dans notre société… J’ai donc besoin de votre soutien pour que je puisse continuer à faire mon travail d’une manière honnête et indépendante.  Découvrez les personnes engagées qui soutiennent déjà mes sites et nos communautés électroniques avec une donation mensuelle.  Sachez que même les donations de 1 € ont un impact important. Suivez ce lien pour en savoir plus, cela ne vous prendra qu’une minute. Merci.

Aleks Evtimov

Je suis le créateur et le gestionnaire des communautés 'Plus d'Arbres Moins de Connards', 'Je ne suis plus un mouton', 'L'univers est en nous' et 'More Trees Less Assholes'. Depuis cinq ans nous utilisons les réseaux sociaux ensemble dans le but de donner une voix à ceux qui n'en ont pas. Je créé du contenu sur la déforestation, le changement climatique, le bien être des animaux et la pollution et grâce à vos interactions ces informations atteignent des millions de personnes chaque année. J'aime bien toucher à d'autres problèmes modernes, tels que l'intelligence artificielle et son impact sur l'économie et les réseaux sociaux et leur impact sur notre société et nos systèmes politiques. Je suis loin d'être un expert dans le domaine de la méditation, mais j'aime partager mes expériences personnelles avec vous.

Write a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *