Voici ce qui arrive quand l’optimisme et le pessimisme se rencontrent

Une des principales différences entre les réactions des optimistes et des pessimistes c’est que les optimistes voient les problèmes et les échecs comme temporaires, tandis que les pessimistes les voient comme permanents. L’optimiste considérera un événement négatif comme quelque chose de passager qui n’influencera pas sa vie d’une manière significative. Dans le même contexte le pessimiste verra l’événement et ses conséquences comme permanents, comme une partie de sa vie ou même de sa destinée. Nous ne sommes peut être pas capables de contrôler toutes les choses qui arrivent dans nos vies, mais ce que nous avons c’est la maîtrise de nos réactions. Si nous refusons de voir nos problèmes comme permanents, nous serons amenés à faire quelque chose pour réparer les dégâts ou changer de direction. Dans certains contextes notre pessimisme peut avoir des côtés bénéfiques. Certaines situations nous demandent qu’on soit extrêmement prudents. Parfois c’est mieux d’imaginer le pire et de prendre les précautions nécessaires.

Ce magnifique court-métrage illustre d’une manière rayonnante le pouvoir que la positivité peut avoir sur la direction que notre vie prend. Si nous voyons chaque petit obstacle comme essentiel et déterminant, nous finissons par avoir une peur générale de l’expérience de la vie. Réalisé par Michael Bidinger et Michelle Kwon au Rigling College of Art and Design “Jinxy Jenkins & Lou de Lucky” est une histoire de deux personnes totalement opposées, qui illustrent parfaitement la dynamique qu’on observe souvent entre l’optimiste et le pessimiste. Les deux personnages se rencontrent un matin chanceux,  et la magie commence dans les rues de San Francisco.

L’animation touche à l’idée que nos pensés ont une place centrale dans la création de la réalité de notre vie. Quand nous sommes prêts à accepter le négatif la vie nous répond avec la chance. Quand nous avons trop peur de la réalité et nous essayons de tout contrôler, la chance se retourne contre nous et notre négativité intérieure se manifeste constamment dans le monde extérieur.  La fin de l’animation est particulièrement bien faite et elle explique parfaitement cette complémentarité entre les deux opposés. Le fait que Jenkins était si pessimiste a fait qu’il avait son parapluie avec lui, mais s’il n’avait pas été influencé par l’optimisme de Lou, il n’aurait jamais essayé de s’en voler avec.

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *