Notre système éducatif devrait-il mettre en valeur la pensée divergente?

Les pensées convergentes et les pensées divergentes sont deux différents types de stratégies mentales que nous utilisons quand nous avons une tâche ou un problème à résoudre devant nous. Un mode de pensée n’est pas supérieur à l’autre, tout dépend de ce que la situation particulière demande. Malheureusement, nos systèmes éducatifs favorisent un type de pensée au détriment de l’autre et cela a des répercussions non seulement sur notre avenir professionnel, mais sur plein d’aspects de notre vie.

Convergentes

Nous utilisons la pensée convergente pour résoudre des problèmes qui ont une seule bonne réponse. Elle nous permet d’évaluer les informations qui sont devant nous et de prendre une décision précise sur cette base. Les questionnaires à choix multiple, les quiz, les testes de grammaires sont de bons exemples de taches qui nous demandent de trouver une bonne réponse précise. Ces tâches sont associées à la logique, la rapidité et la précision. Le plus souvent ce genre de tâches ont une seule bonne réponse – nous avons soit 100% raison, soit 100% tort. La pensée convergente nous fait voir le monde en blanc et noir. Elle nous permet de trouver la bonne réponse de tous les problèmes qui ne présentent pas d’ambiguïtés.  Malheureusement, pour les penseurs convergents, une très grande partie des situations dans notre vie n’ont pas une seule bonne réponse.

Divergentes

La pensée divergente nous permet d’évaluer plusieurs options possibles afin de générer une solution créative. Ces pensées nous sortent du cadre de la réflexion linéaire et se basent sur la spontanéité et  la créativité. La pensée divergente nous montre une grande variété de solutions possibles que nous examinons. Ensuite, nous parvenons à une réponse qui tient compte des nuances et de la complexité de la tâche devant nous. Il n’y a pas une seule bonne réponse, plusieurs solutions sont adéquates et nous allons générer plusieurs solutions sur base de notre compréhension des différents aspects de la tâche en question.

La technologie moderne est en train de basculer notre système éducatif qui a toujours été centré autours des pensées convergentes. On nous demandait de mémoriser beaucoup et d’apprendre à résoudre des problèmes répétitifs. Aujourd’hui, nous avons accès à Google qui peut facilement répondre à pratiquement toutes les questions qui demandent une connaissance concrète. Encore pire, aujourd’hui nous avons accès à des logiciels très sophistiqués qui parviennent à traiter ces informations concrètes avec une précision et rapidité qui surpasse nos capacités humaines. Les robots sont les maîtres des pensées convergentes, ce qui fait que la capacité d’avoir des pensées divergentes devient de plus en plus précieuse. Nos systèmes éducatifs doivent réagir rapidement et s’adapter aux changements technologiques afin de préserver leurs crédibilité dans ce nouveau contexte. La préservation et le développement de la pensée divergente chez les enfants est la seule chose qui pourrait les préparer aux défis d’une nouvelle économie dirigée par la puissance de l’intelligence artificielle.  Les écoles peuvent rester (ou devenir) des acteurs importants dans notre éducation si elles commencent à favoriser et à renforcer la pensée divergente chez les enfants.

Il y a plusieurs manières d’y parvenir et nous allons en parler plus en détails dans un prochain article. Soulignons un seul aspect important, qui est à présent très mal géré dans notre éducation, c’est la peur d’avoir tort, la peur de l’échec. Quand nous recherchons des solutions créatives nous devons nous habituer que nous auront souvent tort et que la grande majorité de nos idées ne sont pas adéquates, mais nous devons apprendre à pouvoir les examiner et exprimer sans avoir peur d’une punition.  On nous demande beaucoup trop souvent de donner une bonne réponse plutôt que de réfléchir sur toutes les options possibles et imaginables.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *