Les végans ne sont pas déficients en protéines, ils sont efficients en termes de protéines

Comme tous les autres animaux sur Terre, nous avons besoin de protéines. Quand nous pensons aux protéines, l’image du steak ou du lait émerge dans notre conscience. Mais nous le savons tous, la plupart des animaux ne mangent pas de steaks pour trouver l’apport en protéines nécessaire pour la construction de leurs corps. Les humains se trouvent tout en haut de la chaîne alimentaire, mais nous sommes un exemple particulier, nous sommes omnivores et contrairement aux autres animaux omnivores comme les ourses, nous avons le choix des aliments que nous allons consommer. Et le choix de la source des protéines que nous allons consommer peut avoir un impact très considérable sur notre empreinte écologique.

Mais pourquoi est-ce que les animaux sont moins efficients que les plantes ? La réponse est très simple, les animaux ont besoin de nourriture pour vivre. La grande majorité des aliments que nous donnons aux animaux d’élevage sont utilisés par leurs corps pour leur permettre de rester vivants, tandis qu’une petite fraction finissent dans la chair que nous consommons.

Nous tuons environ 60 milliards d’animaux d’élevage et 1000 milliards de poissons sauvages chaque année, ce sont beaucoup de bouches à nourrir et nous avons donc transformé la Terre afin de nourrir ce troupeau gigantesque. Environ 83% des terres cultivables sont destinées à l’agriculture animale, principalement en tant que pâturages et monocultures de soja et de maïs. Ceci revient à environ 26% de la superficie totale de la terre. Et contrairement à ce que beaucoup de gens croient, tous ces animaux et toutes ces ressources que nous investissons dans l’agriculture animale ne nous aident pas à nourrir notre population, au contraire. Les vaches convertissent seulement 4% des protéines qu’elles mangent en chair de bœuf. Un kilo de steak nécessite jusqu’à 25 kilos de céréales et 15 000 litres d’eau ! Les produits animaux consomment des ressources colossales et produisent qu’une infime fraction des nutriments que nous consommons, seulement 18 % des calories au niveau mondial.

Les protéines sont constituées d’acides aminés qui sont les blocs de construction de nos corps. Les plantes et la chair animale ne présentent pas le même profil d’acides aminés. Logiquement, la chair animale contient des proportions d’acides aminés très semblables aux proportions que nous trouvons dans nos corps. Ceci n’est pas étonnant, les muscles et les organes des animaux sont faits des mêmes cellules que celles dans nos corps. Cette réalité évidente a donné naissance à l’idée que les protéines animales sont complètes, tandis que les protéines végétales ne le sont pas. Mais tout comme un ours n’a pas besoin de manger d’autres ours pour trouver les acides aminés dont son corps a besoin, les humains n’ont pas besoin de manger d’autres humains, juste parce qu’ils ont des proportions d’acides aminés identiques. Nous n’avons pas besoin de manger d’autres animaux non plus, nous pouvons trouver tous les acides aminés dont nous avons besoin dans une alimentation basée sur des plantes. Évidement nous devons avoir un peu de variété dans notre alimentation pour apporter tous les acides aminés dont notre corps a besoin. Des plantes telles que le blé et le riz n’ont pas une proportion adéquate de l’acide aminé lysine, nous avons donc besoin d’incorporer un peu de légumineuses dans notre alimentation. C’est aussi simple que ça !

L’agriculture végétale est aussi nocive pour l’environnement, surtout quand on tient compte des techniques modernes que nous utilisons. Mais ceci n’est pas du tout une bonne excuse pour ne pas remettre notre consommation de produits animaux en cause. Nous utilisons les mêmes techniques pour produire la nourriture des animaux d’élevage, et comme on vient de voir, plus haut dans cet article, nous gaspillons la grande majorité de nourriture cultivée dans l’agriculture animale. Si nous consommons les plantes que nous produisons directement nous allons diminuer considérablement notre empreinte écologique.

Un autre argument que j’entends souvent est celui des tribus qui vivent dans des climats extrêmes et qui ne peuvent pas abandonner la consommation de viande. Au milieu de l’Arctique et en plein désert il n’y a pas assez de plantes pour assurer une alimentation équilibrée. Comme vous pouvez l’imaginer, la crise écologique n’est pas générée par ces tribus, mais par les populations industrialisées. Si vous accès à un supermarché ou à un marché moderne, vous n’avez pas besoin de baser votre alimentation sur les produits animaux. Le régime alimentaire occidental est en train de se propager vers des pays très peuplés, tels que la Chine et l’Inde, ce qui causerait la décimation totale des écosystèmes. Si nous avons le choix de nous nourrir d’une variété d’aliments, essayons de faire des choix plus raisonnables.

D’un point de vue écologique, le véganisme n’est pas forcement nécessaire. Si tout le monde réduirait sa consommation de viande de 50% ou de 90%, les effets positifs seraient énormes. Admettons que les végans ne sont pas carencés en protéines et commençons à nous nourrir d’une manière plus efficace. Personnellement, j’ai décidé d’éliminer les produits animaux totalement de mon alimentation, mais cette décision est basée surtout sur des raisons éthiques. Je sais que je pourrais manger de la viande un jour par mois sans augmenter mon empreinte écologique d’une manière considérable.  Je vous invite donc de repenser vos habitudes alimentaires vous-mêmes.

Je vous invite de lire cet article : ”Nous ne pouvons pas résoudre la crise écologique seulement en tant que citoyens”, car je ne pense pas que nos choix en tant que consommateurs sont suffisants pour arrêter la crise écologique. Mais je vous invite également de lire cet article :  ”Nous ne pouvons pas résoudre la crise écologique seulement en tant que consommateurs”, car nos choix individuels sont néanmoins indispensables.

Si vous trouvez que cet article est important, n’hésitez pas de le partager avec vos amis et votre famille, même si vous continuerez à manger tout autant de viande. Peut-être vous allez inspirer vos voisins de diminuer leur consommation de viande à votre place! Et si trouvez que mon travail est utile pour la survie de notre espèce, pensez à me soutenir avec une petite donation mensuelle.

Je vous recommande de regarder cette vidéo de la chaîne Kurzgesagt qui traite le sujet de l’inefficacité de la viande, vous pouvez activer les sous-titres en français.

 

Aleks Evtimov

Je suis le créateur et le gestionnaire des communautés 'Plus d'Arbres Moins de Connards', 'Je ne suis plus un mouton', 'L'univers est en nous' et 'More Trees Less Assholes'. Depuis cinq ans nous utilisons les réseaux sociaux ensemble dans le but de donner une voix à ceux qui n'en ont pas. Je créé du contenu sur la déforestation, le changement climatique, le bien être des animaux et la pollution et grâce à vos interactions ces informations atteignent des millions de personnes chaque année. J'aime bien toucher à d'autres problèmes modernes, tels que l'intelligence artificielle et son impact sur l'économie et les réseaux sociaux et leur impact sur notre société et nos systèmes politiques. Je suis loin d'être un expert dans le domaine de la méditation, mais j'aime partager mes expériences personnelles avec vous.

  1. Ari

    C’est 6 Milliards de mammifères tués chaque année, et pas 6M d’animaux.
    On compte aussi 1000 Milliards de poissons tués en moyenne chaque année. C’est donc bien pire que ça malheureusement!

    • Aleks Evtimov

      Bonjour Ari, merci beaucoup pour la correction. J’ai changé le texte en ” Nous tuons environ 60 milliards d’animaux d’élevage et 1000 milliards de poissons sauvages chaque année,” car le chiffre 60 milliards comprend beaucoup de poulets.

    • Aleks Evtimov

      Salut Christophe,
      Je parle surtout du fait de consommer directement les graines et les légumineuses que nous produisons. Je ne pense pas que les animaux doivent être forcement exclus de l’agriculture, mais pour l’instant nous avons tant d’animaux d’élevage que leurs excréments constituent un poids énorme et non pas une ressources précieuse.

      Sinon j’ai entendu que des agriculteurs expérimentent avec l’agriculture purement végétale, mais je ne connais pas les détails.

Write a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *