Les mangeurs de viande sont en train de détruire la planète, selon un rapport

Un nouveau rapport ”L’appétit pour la destruction”(Appetite for Destruction), indique que la consommation de produits animaux entraîne l’augmentation dramatique de la superficie des terres qui sont destinées à l’agriculture.

Une catastrophe en pleine expansion

Le rapport indique que les régions de l’Amazonie, le bassin du Congo et les Himalaya sont les plus menacées par la croissance de la demande de viande et de produits laitiers. De plus en plus de gens sont en train d’adopter le régime alimentaire occidental, ce qui entraîne une croissance exponentielle des terres cultivées et des pâturages.

Selon le rapport la consommation excessive de produits animaux entraîne soixante pourcent de la perte de biodiversité mondiale.

60% de la perte de biodiversité dans le monde est imputable aux aliments que nous mangeons. Beaucoup de gens savent qu’un régime à base de viande demande beaucoup d’eau et de terres, et entraîne des émissions de gaz à effet de serre, mais peu de gens savent que le plus gros problème vient de  la production de la nourriture des animaux d’élevage.

L’alimentation est un sujet qui entraîne beaucoup de polémiques. Personne n’aime entendre qu’il doit changer quelque chose à ses habitudes alimentaires, peu importe la raison. C’est difficile de ne pas réagir d’une manière émotionnelle et de polariser le débat en accusant les scientifiques et les journalistes de prosélytisme végan.

Une réduction urgente

Peu de gens se rendent compte que dans le contexte de l’écologie, nous ne devons pas nécessairement parler de véganisme. Une réduction de notre consommation de viande est nécessaire, mais cela ne veut pas dire que tout le monde doit abandonner les produits animaux complètement. Le plus important c’est d’accepter le fait que la production de viande est inefficace et entraîne énormément de gaspillage. Si ce fait arrive à traverser le filtre de la dissonance cognitive, la personne peut décider elle-même comment elle va réagir. L’élimination totale des produits animaux est une très bonne option, mais ce n’est pas une nécessité.

Une diminution graduelle ou drastique de la consommation de produits animaux peut avoir un effet colossal sur l’empreinte écologique de nos sociétés. Certaines personnes peuvent décider de commencer en  mangeant un plat végétalien par semaine, d’autres personnes peuvent décider de réduire leur consommation de viande à un plat carné par semaine. L’important c’est de nous mettre d’accord sur les faits, et ensuite c’est à chacun d’entre nous de décider comment il va réagir face à cette réalité.

Si vous n’êtes pas convaincus que l’alimentation à base de plantes est plus efficace que celle basée sur la viande, je vous recommande de lire cet article : ‘Les végans ne sont pas déficients en protéines, ils sont efficients en terme de protéines. ‘

Source: the independent

Aleks Evtimov

Je suis le créateur et le gestionnaire des communautés 'Plus d'Arbres Moins de Connards', 'Je ne suis plus un mouton', 'L'univers est en nous' et 'More Trees Less Assholes'. Depuis cinq ans nous utilisons les réseaux sociaux ensemble dans le but de donner une voix à ceux qui n'en ont pas. Je créé du contenu sur la déforestation, le changement climatique, le bien être des animaux et la pollution et grâce à vos interactions ces informations atteignent des millions de personnes chaque année. J'aime bien toucher à d'autres problèmes modernes, tels que l'intelligence artificielle et son impact sur l'économie et les réseaux sociaux et leur impact sur notre société et nos systèmes politiques. Je suis loin d'être un expert dans le domaine de la méditation, mais j'aime partager mes expériences personnelles avec vous.

Write a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *