Les images de l’ours affamé nous ont touchés… Qu’est-ce que nous pouvons faire pour aider?

Si vous êtes en train de lire cet article, vous avez probablement vu la vidéo d’un ours polaire affamé qui a été partagée sur les réseaux sociaux la semaine passée. Les images ont parlé mieux que les mots, nous étions tous touchés. Quand on parle de changement climatique, ça reste généralement très abstrait, on discute des chiffres, des statistiques et des prévisions. Là, nous avons vu le changement climatique d’une manière que nous arrivons à comprendre beaucoup mieux: nous avons vu la souffrance et la misère que ses effets infligent. Si vous vous êtes senti impuissant en regardant les images, sachez que vous n’étiez pas le seul. Le changement climatique est un problème global, très complexe et personne ne sait comment nous pouvons le résoudre. En tant qu’individus nous avons du mal à imaginer ce que nous pouvons faire pour aider l’écosystème.

Beaucoup de personnes se sont retournés contre les photographes qui n’avaient pas secouru l’ours mourant. Mais qu’est-ce qu’il pouvaient vraiment faire ? C’est difficile à imaginer que quiconque aurait la capacité de sauver la vie de ce pauvre animal. Il a été affamé depuis de longues mois, et même s’ils étaient accompagnés d’un vétérinaire, il n’aurait pas pu faire grande chose pour sauver sa vie. Ils ont fait ce qu’ils pouvaient, ils ont filmé sa souffrance pour partager son histoire avec le reste du monde. Malheureusement, le destin de cet ours est loin d’être une exception, tous les ours polaires souffrent du fait que la glace continue à reculer. Des milliers d’autres ours sont des victimes du changement climatique. De plus, les ourses polaires ne sont pas les seules animaux qui subissent les conséquences de l’augmentation de la température de l’atmosphère et des océans. Tous les écosystèmes sur la Terre sont affectés, même si ça arrive à des vitesses différentes. Passons aux solutions, qu’est-ce que nous pouvons faire pour aider les ours polaires et tous les autres animaux?

Pas de réponse facile

J’aimerais bien vous dire qu’on devrait adopter telle ou telle solution et que ceci résoudra le problème du changement climatique. Malheureusement, il n’y a pas de solution unique qui pourrait renverser la tendance. Les causes de la destruction et de la pollution sont multiples et les solutions que nous avons devant nous sont tout aussi nombreuses. En tant qu’individus nous avons la capacité et la responsabilité de faire de notre mieux pour créer un changement. Ce changement peut venir sous la forme de mesures personnelles que nous adoptons dans le but de diminuer nos propres émissions. Le changement peut aussi venir sous la forme d’un engagement politique qui vise à convaincre nos gouvernements et institutions à prendre des mesures urgentes et efficaces pour lutter contre la dégradation de notre environnement naturel. Voter c’est bien, mais nous devons également nous engager directement dans le processus politique en communiquant avec nos représentants au niveau national et européen. Ils doivent comprendre que la protection de l’environnement est notre priorité principale et que s’ils veulent jouir de notre soutien ils doivent montrer que c’est leur priorité aussi. Les États et les institutions internationales ont énormément de pouvoir et de ressources et ils doivent les utiliser pour l’intérêt commun. Les gouvernements et les corporations ont beaucoup de pouvoir, mais nous en avons aussi. Passons aux solutions personnelles que nous pouvons mettre en place dans notre vie quotidienne.

Faire le maximum en consommant le minimum

Nous vivons dans une économie de marché ce qui fait que nos choix en tant que consommateurs peuvent avoir des impacts très réels sur nos systèmes de production et de consommation. Le transport que nous utilisons, les produits que nous achetons, l’énergie que nous consommons, la nourriture que nous mangeons, les jardins que nous entretenons, tout ce que nous faisons dans notre vie quotidienne, a un impact réel et des conséquences qui vont bien au delà de ce que nous pouvons percevoir. Je pourrais vous donner des conseils et des exemples concrets, mais dans cet article j’ai plutôt envie de parler de la manière de penser qui pourrait nous faire sortir de cette situation catastrophique.

Dans la mesure du possible, nous devrions adopter une vie minimaliste. ‘Le produit le plus durable est celui qu’on n’achète pas.‘ Réfléchissons avant d’acheter.  Est-ce qu’on pourrait éviter l’achat? Est-ce qu’on pourrait remplacer ce produit ou ce service avec une alternative qui demande moins de ressources ou qui est moins  polluante ? En examinant tous les aspects de notre vie quotidienne nous pouvons trouver plein de domaines où nous pouvons nous améliorer. Quand nous pensons à l’environnement avant d’agir nous pouvons progressivement changer notre mode de vie. Ceci diminuera notre impact sur la nature d’une manière considérable. Quand nous avons réussi à changer quelque chose, ne nous limitons pas à cette solution. Essayons de nous informer continuellement et gardons un esprit critique sur nos comportements et habitudes. Parfois le changement nous semble trop important ou difficile, mais ceci ne devrait pas nous effrayer ou paralyser. Faisons ce que nous pouvons et essayons toujours de faire mieux demain.

Si vous avez déjà mis en place des solutions concrètes, partagez les avec nous dans les commentaires. Merci de partager cet article avec vos amis.

 

4 thoughts on “Les images de l’ours affamé nous ont touchés… Qu’est-ce que nous pouvons faire pour aider?

  • Bonjour, la municipalité de mon village refuse le tri sélectif (beaucoup trop contraignant), dans ma résidence, je me bat pour une prise de conscience … certains refusent d’emmener leurs cartons, et autres à la déchéterie…. je me sens bien seule !!

  • Acheter bio quand on peut (certains produits ne sont pas toujours beaucoup plus cher), pas forcément tout ce qu’on consomme, mais faire attention !
    Aller au marché ! Ca prend pas forcément beaucoup de temps et c’est pas forcément plus cher ! Acheter LOCAL !!! des produits meilleurs, de saison..
    Moins de produits transformés, plus de produits de base et on mange très bien sans faire marcher des grosses industries qui pompent nos ressources et détruisent l’environnement

  • Faire attention à ce qu’on mange…
    Les habits ! Éviter un minimum H&M et tout et tout (quand on regarde notre garde robe on voit vite si ce qu’on veut est nécessaire ou si c’est un désir purement éphémère..)
    Les transports ! Prends ton vélo, ça fait du bien, des covoiturages…
    Les appareils électroniques ! internet et les smartphones polluent de manière phénoménale : économiser la batterie de son téléphone, éteindre son PC quand tu as fini de l’utiliser… Éteindre es lumières dans ton appart, mettre un pull au lieu de chauffer à 18000 degrés…

  • Devenir vegan et zero waste, continuer les efforts, privilégier le local, l’éthique, le recyclable, et faire attention à notre conso quotidienne des energies fossiles, voire même supprimer des choses que l’on pensait indispensable, bref arrêter de se contempler le nombril et faire toujours du mieux qu’on peut, mais ça c’est de l’utopie, il ne faut pas oublier qu’on s’adresse aux humains tout de même.
    Ce ne sera toujours que des projets sur la comète, l’homme se complait dans ce désastre, tout vaut mieux que fournir le moindre effort.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *