Les arbres peuvent combattre la dépression chez les adolescents

Des études ont déjà démontré qu’en général, la présence des arbres et de la verdure aide à prévenir la dépression chez les adultes. Une nouvelle étude révèle que la même chose est valable pour les adolescents.  Pas de surprises, la vie dans la jungle de béton affecte tout le monde.

Les chercheurs ont examiné plus de 9 000 enfants âgés de 12 à 18 ans. Ils ont conclu que les jeunes qui vivent dans des zones riches en végétation naturelle sont moins susceptibles d’afficher des niveaux élevés de symptômes de dépression. L’effet était le plus prononcé chez les enfants plus âgés.

Ces recherches donnent des informations précieuses pour les personnes qui vivent dans les villes.  Le rythme des études ou du travail, nous pousse à passer énormément de temps dans des environnements fermés et artificiels. Passer du temps dans la nature est souvent vu comme une perte de temps ou comme un loisir pour ceux qui l’apprécient. La science commence à nous montrer de plus en plus de preuves qui confirment que nous avons besoin d’avoir un accès régulier à des espaces verts si nous souhaitons jouir d’une bonne santé physique et mentale.

“Des recherches antérieures ont montré que le fait passer moins de temps la nature est associé à des résultats émotionnels et comportementaux plus négatifs”, a déclaré l’auteur principal Carla Bezold du Harvard T.H. Chan école de santé publique à Boston.

Les chercheurs ont analysé des données sur 9 385 adolescents, afin de vérifier leur hypothèse. Ils ont lancé leurs recherches en 1999 avec une vaste étude qui avait comme but l’identification des facteurs qui affectent la jeunesse américaine. Les participants ont eu des évaluations de leur santé mentale et ont également fourni des informations sur leur addiction aux substances.

L’équipe de chercheurs a utilisé des donnés de satellites pour examiner les zones autour des maisons des participants. Ils ont évalué la densité des bâtiments et la proximité d’espaces verts, en mesurant également la quantité et la qualité de ces espaces.

Sur la base des évaluations de la santé mentale, les chercheurs ont constaté que 11,5% des enfants présentaient des symptômes de dépression. Ils ont observé comment les espaces verts et bleus ont influencé leur appartenance à cette catégorie.

“Nous avons vu que vivre dans une région plus verte était associé à une dépression plus faible au sein de cette population”, a déclaré Bezold.

Les chercheurs ont tenu compte des facteurs familiaux, économiques et autres qui pourraient influencer leurs résultats. Ils ont constaté que les jeunes qui vivaient près d’espaces vert de qualité supérieure étaient moins susceptibles de souffrir d’une dépression. 

Je suis certain que peu de gens sont surpris par ces découvertes. Au fond, nous savons tous que nous nous sentons mieux dans la nature. Le problème c’est qu’en vivant dans la ville nous avons rarement accès à des espaces verts de bonne qualité. Une balade dans le parc de votre quartier peut vous faire du bien, mais les effets d’une promenade dans une vraie forêt seront bien supérieurs. Ça devient de plus en plus clair que passer du temps dans la nature est une nécessité pour nos corps et nos esprits.

Découvrez la technique japonaise de médecine préventive appelé ‘bains de forêts’ qui cherche à vous immerger complètement dans l’environnement forestier. Selon une étude récente, une simple promenade quotidienne peut avoir des effets physiques sur la santé de notre cerveau, notamment une diminution de la perte de volume du cerveau qui est associée avec la progression de l’âge.

 

Write a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *