L’école devrait privilégier le jeu

Pratiquement tous les mammifères développent les aptitudes qui leur sont nécessaires pour la vie adulte en jouant. Et quand on observe nos cousins les primates nous constatons que l’enfance est très longue et d’avantage caractérisée par le jeu. Comment ça se fait que notre système éducatif a une approche si différente sur l’apprentissage ? Le jeu et l’expérience directe ne sont généralement pas valorisés. Est-ce que c’est nous qui sommes si différents des autres espèces mammifères ou est-ce que le système éducatif n’est pas bien adapté à notre nature?

D’un point de vue historique, le jeu a eu un rôle central dans l’éducation des enfants de toutes les cultures, comme le souligne un rapport de David Whitebread, de l’Université de Cambridge. La durée et la nature des jeux varient selon les différentes sociétés, mais le jeu a toujours une place centrale dans l’expérience des enfants et est encouragé par les adultes. Ne serait-il pas logique d’incorporer les mécanismes du jeu plus intégralement dans notre système éducatif ?

Dans mon expérience personnelle, l’école a réprimé la curiosité naturelle que je possédais en tant qu’enfant. Comme la vaste majorité des enfants, j’étais très fasciné par le monde naturel et je voulais apprendre comment tout fonctionne. Je demandais toujours ‘pourquoi’ et ‘comment’, des questions que tous les enfants adorent poser. Ce sont les questions qui ont poussé le développement des sciences et du progrès en général durant l’histoire humaine. Je sais tout le monde n’a pas eu la même expérience, mais pour moi le fait devoir rester assis et de se taire pendant 40 minutes était absolument pénible et très improductif. J’ai réussi à mémoriser ce qui m’était demandé pour les examens, mais en échange j’ai totalement perdu le goût pour une série de disciplines qui m’intéressaient avant mon entrée dans le système éducatif.

J’ai été dégoutté par la littérature, par les sciences et même par le sport. Je ne voulais plus lire des livres, je le faisais juste pour réussir mes cours. J’ai été totalement effrayé par les sciences, je me sentais nul et j’avais perdu tout contact avec ma curiosité naturelle. Pareil avec le sport, j’adorais les exercices physiques, je pratiquais du sport depuis le plus jeune âge, mais à l’école je voyais le cour de gym comme une punition. J’ai dû attendre de sortir du système éducatif pour retrouver le plaisir de lire, pour faire renaître ma curiosité pour les sciences. Je me suis également remis au sport, une activité qui est tout à fait essentielle à mon bien-être.

Je sais que tout le monde n’a pas eu la même expérience, je ne veux pas faire des généralisations à partir de mon parcours. Et puis je me souviens qu’à chaque étape de ma vie, il y avait certains profs qui savaient comment capturer mon attention. J’attendais leurs cours avec impatience et je plongeais dans la matière avec une passion. Mais malheureusement, dans mon expérience, ces profs étaient beaucoup moins nombreux.  J’ai pu observer plusieurs écoles dans plusieurs pays, mais la proportion entre les ‘bons’ et les ‘mauvais’ profs était toujours la même. Parler de ‘mauvais’ profs est un peu un sujet tabou, nous avons tendance à vite blâmer l’enfant plutôt que l’adulte.

Comment est-ce qu’on pourrait incorporer le jeu dans notre système éducatif? Durant les douze ans d’études primaires et secondaire je peux compter le nombre de fois que nous avons eu des cours dans la nature sur les doigts de mes mains. Pourtant ces expériences étaient parmi les moments les plus agréables que j’ai passé dans un cadre scolaire. Nos écoles ne devraient pas essayer de créer des robots rentables, elles devraient encourager le développement naturel de la personnalité des enfants.

Qu’en pensez vous ? Comment qualifiez-vous votre expérience dans le système éducatif?

 

Write a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *