Bananapocalypse : La fin des bananes dont personne n’en parle

Si vous adorez les bananes tout autant que moi, cet article peut vous faire un peu peur…

Des clones mutés ?

Est-ce que vous avez déjà mangé une banane avec des graines? Moi non plus… Au milieu des bananes nous trouvons des petits résidus de graines, mais elles ne sont pas fertiles. Alors comment est-ce possible que les bananes se reproduisent? La réponse est que toutes les bananes que nous avons mangé sont des MUTANTES STÉRILES ! Dans la nature les bananes ont des grosses graines qui laissent très peu de place pour la chair de la banane que nous aimons tous. Quand les agriculteurs ont cultivé une plante qui accidentellement avait la mutation de ne plus avoir des graines, ils ont commencé à couper des branches de la plante et de la cloner. Aujourd’hui pratiquement toutes les bananes commercialisées sont génétiquement identiques. Nous mangeons tous la même plante !

Qu’est-ce qui est terrifiant ?

C’est surprenant d’apprendre que nous mangeons tous pratiquement la même banane, mais où est la partie terrifiante? Je n’ai pas peur des bananes mutantes, mais j’ai peur qu’elles puissent disparaître. Le sorte de banane que nous connaissons aujourd’hui s’appelle ‘Cavendish‘, mais ce n’était pas du tout la banane la plus populaire avant les années 60, au contraire il était inconnu. La banane qui était préférée par les entreprises et les consommateurs était le ‘Gros Michel’. Il était plus facile à expédier et à stocker, mais c’est surtout son meilleur goût qui a fait du ‘Gros Michel’ la banane la plus populaire sur Terre. Malheureusement, le monde était obligé de changer de banane au milieu du 20ème siècle.

Le Bananapocalypse nous attend ?

Le Gros Michel, tout comme le Cavendish que nous connaissons, était reproduit à l’aide de clones. Toutes les bananeraies avaient le même code génétique et ceci les a rendu particulièrement vulnérables à des maladies: ce qui tue ou nuit à une plante de banane fera la même chose à toutes les autres bananeraies de la mêmes variété. La maladie de Panama était un micro-champignon qui a contaminé les plantations. La maladie s’est propagé rapidement et a traversé les continents détruisant les récoltes de Gros Michel partout dans le monde.  Cette variété de champignon était particulièrement résistante au fongicides et a causé l’extinction commerciale du Gros Michel.

Est-ce que nous allons aussi voir la fin des bananes que nous connaissons aujourd’hui? Un nouveau type de la maladie de Panama s’est déjà manifesté et a mis les cultivateurs de bananes en alerte. La propagation du champignon peut facilement causer l’extinction du Cavendish, surtout si des mesures urgentes ne sont pas mises en place.  Aujourd’hui les producteurs de bananes sont particulièrement attentifs à la propagation de contaminations, mais la menace reste très réelle.

 Est-ce que l’idée que les bananes que nous mangeons aujourd’hui peuvent disparaître vous fait aussi peur?

Partagez cet article avec vos amis qui aiment les bananes !

 

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter de L’univers est en Nous et vous recevrez une fois par semaine un message avec les publications les plus intéressantes de la semaine. Suivez ce lien , l’inscription vous prendre littéralement quelques secondes : http://luniversestennous.com/newsletter/

 

Aleks Evtimov

Je suis le créateur et le gestionnaire des communautés 'Plus d'Arbres Moins de Connards', 'Je ne suis plus un mouton', 'L'univers est en nous' et 'More Trees Less Assholes'. Depuis cinq ans nous utilisons les réseaux sociaux ensemble dans le but de donner une voix à ceux qui n'en ont pas. Je créé du contenu sur la déforestation, le changement climatique, le bien être des animaux et la pollution et grâce à vos interactions ces informations atteignent des millions de personnes chaque année. J'aime bien toucher à d'autres problèmes modernes, tels que l'intelligence artificielle et son impact sur l'économie et les réseaux sociaux et leur impact sur notre société et nos systèmes politiques. Je suis loin d'être un expert dans le domaine de la méditation, mais j'aime partager mes expériences personnelles avec vous.

Write a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *