La France donne le feu vert à l’huile de palme. Et le climat, on en parle?

Le Parlement européen a décidé d’interdire les importations d’huile de palme d’ici 2021, mais entre temps la France a donné son feu vert à une bioraffinerie appartenant à Total qui ouvrira ses portes dans la préfecture des Bouches-du-Rhône . Dès cet été, Total importera au moins 300.000 tonnes d’huile de palme par an, ce qui représente une augmentation des importations françaises de ce produit de 36%, selon Greenpeace France. Cette décision a suscité de nombreuses critiques de la part des environnementalistes.

Le ministre français de la transition écologique, Nicolas Hulot, a essayé de justifier cette décision en publiant une longue déclaration expliquant les raisons de l’autorisation. La raffinerie importera des huiles de soja et de palme principalement produites en Amérique du Sud et en Asie révèle un article de euractiv.

La production de ces huiles végétales est associée à la déforestation intensive dans les régions les plus bio-diverses au monde. Un nouveau rapport de Greenpeace a dévoilé des images et des vidéos récentes de la déforestation en Indonésie qui est directement liée à la production d’huile de palme. La raffinerie produira des biocarburants à partir de n’importe quel type d’huile végétale, cependant les autres huiles sont encore plus coûteuses que l’huile de palme.

Le gouvernement français a négocié avec Total et a réussi à les convaincre à diminuer la quantité d’huile utilisé, à certifier l’origine de l’huile et à utiliser de l’huile recyclé. Ces négociations n’ont pas impressionné les environnementalistes et certains députés du Parlement européens. Yannick Jadot du parti vert a été surpris d’entendre que le ministre français a justifié le sabotage de la victoire des écolos au Parlement européen.

“Si Emmanuel Macron veut être un véritable leader de la lutte contre le changement climatique, il est grand temps que l’État cesse de soutenir les agrocarburants de première génération, tant sur les plans législatif et fiscal que diplomatique. Quand la France décide d’ouvrir les vannes de l’huile de palme, les grands discours sur la protection du climat sonnent creux”, analyse Clément Sénéchal, chargé de campagne Forêts à Greenpeace France.

Quelle est la raison réelle derrière cette décision ? Un article de Pascal Riché pour le nouvelobs explore plusieurs raisons possibles, notamment le lobbying effective de Total, ainsi que le commerce d’armes entre la France et l’Indonésie et la Malaisie.

Sources : euractiv greenpeace.fr  nouvelobs

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *