Interview avec un ver de terre : Comment vous accueillir dans notre jardin?

Dans son livre, ‘Éloge du ver de terre‘ Christophe Gatineau entre en dialogue avec un lombric terrestre. Ce représentant de son espèce est particulièrement éloquent et nous avons la chance de l’interviewer à l’occasion de la première semaine du ver de terre. Il a dédié une partie de son temps précieux pour répondre à une série de questions posées par des
membres de notre communauté. Rendez-vous sur la page et sur le hashtag #semaineduver pour découvrir la suite de l’interview durant cette semaine.

Plein de gens veulent t’inviter dans leurs jardins. Voici la première question que beaucoup d’internautes ont posé avec des formulations différentes :

Salut l’ami lombric !
Et merci à tes copains qui nous donnent l’opportunité de pouvoir t’interviewer. Dis-moi, qu’est-ce qui te ferait plaisir, qu’aimerais-tu trouver pour t’épanouir, de reproduire et réinvestir nos jardins ?
A très vite ! Laurence

Oh, je ne demande pas grand chose, que tu m’offres à manger et que tu me protèges des oiseaux, des taupes, des blaireaux, des renards… Tu sais, c’est dur d’être un maillon essentiel
de la chaîne alimentaire.

J’aimerais mettre des vers de terre dans mon jardin, où les acheter et comment procéder ?

Désolé, mais je ne suis pas à vendre. Essaies de récupérer chez un voisin quelques amis pour les installer dans un coin de ton jardin sous une belle couche de mulch pour les protéger.
Mais n’oublies que l’important est une diversité d’espèces. Moi, je suis un lombric terrestre, toi tu es un grand singe. Et comme nous, ta famille est composée de plein d’espèces différentes. Et enfin, nous avons besoin d’être au minimum 2 de la même espèce pour nous reproduire.

Beaucoup de gens sont curieux d’apprendre plus sur ta vie privée. Je t’avoue qu’à l’école on ne nous apprend pas grande chose sur ton espèce.

– Je sais… même dans les écoles agricoles je compte pour du beurre alors que je nourris les plantes qui vous nourrissent. Quelle ingratitude.

Merci pour cette super opportunité !
Ma question concerne les naissances : comment naissent les petits vers, à quelle saison, combien à la fois et où ?

C’est agaçant de nous mettre toujours tous dans le même sac. Nous sommes 400 espèces à vivre en Europe. Que dirais-tu si je te posais la même question : comment naissent les petits mammifères, à quelle saison, combien à la fois et où ? Comme des poussins, nous naissons d’un œuf.

Bonjour! Pourrait on envisager une maison douillette, une demoiselle ver de terre en vue de faire plein de bébés vers de terre afin de repeupler mon jardin, celui de mon voisin et puis les
terres communales….. ?

Tu me mets l’eau à la bouche… Tu peux nous fabriquer un enclos avec du grillage. Du grillage pour nous protéger des hérissons, des poules, des oiseaux… mais aussi du grillage enterré pour nous protéger des taupes. Nous, nous sommes protégés et on peut sortir si besoin, eux, ils sont coincés à l’extérieur.
Vivre sans stress est agréable comme sortir de notre terrier sans craindre d’être au menu du jour d’un de nos prédateurs.

La suite de l’interview sera publié durant cette semaine. Si le sujet vous intéresse, je vous recommande vivement de découvrir L’éloge du ver de terre où notre ami le lombric vous ouvrira les yeux sur les enjeux autour de l’agriculture moderne.

Aleks Evtimov

Je suis le créateur et le gestionnaire des communautés 'Plus d'Arbres Moins de Connards', 'Je ne suis plus un mouton', 'L'univers est en nous' et 'More Trees Less Assholes'. Depuis cinq ans nous utilisons les réseaux sociaux ensemble dans le but de donner une voix à ceux qui n'en ont pas. Je créé du contenu sur la déforestation, le changement climatique, le bien être des animaux et la pollution et grâce à vos interactions ces informations atteignent des millions de personnes chaque année. J'aime bien toucher à d'autres problèmes modernes, tels que l'intelligence artificielle et son impact sur l'économie et les réseaux sociaux et leur impact sur notre société et nos systèmes politiques. Je suis loin d'être un expert dans le domaine de la méditation, mais j'aime partager mes expériences personnelles avec vous.

Write a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *