L’école 100% verte en Uruguay : faite de bouteilles et de pneus

Les déchets uruguayens s’accumulent alors que les matériaux de construction manquent. Une association appelée Tagma a trouvé une manière de remédier plusieurs problèmes avec le même coup en construisant une école 100 %  durableLe bâtiment est principalement construit sur  base des déchets, son énergie est auto-suffisante. L’école sera aussi concentré sur le développement durable et apprendra aux enfants à mieux consommer et recycler.

Cette école innovatrice aborde deux problèmes qui touchent le pays. En Uruguay, le système éducatif fonctionne assez bien, ce qui fait que le pays a le plus fort taux d’alphabétisation en Amérique latine. Cependant certaines parties du pays sont difficilement accessible et manquent d’équipement, ce qui pose un majeur obstacle à l’expansion de l’éducation.  Les déchets sont un véritable problème en Uruguay, comme c’est le cas dans la plupart des pays dans le monde.   L’école permet aux enfants des villages voisins d’avoir accès au même niveau d’éducation que dans les grandes villes.

Le concept du Earthship

L’ ‘Escuela Sustentable‘ a été construit sur les mêmes principes que les maisons ‘Earthship‘. Elle est composée de plus de 60% de déchets. Des boîtes, des bouteilles en plastique, des boîtes en carton ainsi que beaucoup de vieux pneus: les déchets de la vie quotidienne ont été utilisés pour créer la fondation de ce bâtiment.  Ceci donne une seconde vie aux déchets, ce qui permet de diminuer l’empreinte écologique du bâtiment d’une manière considérable. 

L’école ne se contente pas de nettoyer les rues de ses déchets elle est également conçu pour être complètement autonome en énergie: le toit est recouvert de panneaux solaires qui sont capables de fournir l’électricité et l’énergie pour le chauffage dont ils ont besoin. L’école mise également sur la récupération, le traitement et le stockage de l’eau de pluie qui est suffisante pour alimenter les salles de bains, la cuisine et le jardin.

Une éducation écologique

Le bâtiment a de la place prévue pour des petites cultures biologiques, utilisées pour fournir des produits frais à la cantine, l’objectif est aussi d’enseigner le jardinage aux enfants, afin qu’ils puissent se reproduire les mêmes techniques chez eux. L’éducation dans cette école sera particulièrement focalisé sur la nature, ses phénomènes et sa protection. Les élèves connaissent bien les principes du développement durable, du recyclage et de la réutilisation des matériaux. Ce genre de connaissances pratiques leur permettront d’innover dans leur vie quotidienne et d’améliorer l’utilisation des ressources pour toute la communauté locale.

Ce projet est un véritable win-win pour tout le monde : les enfants, la population locale et la nature.

Qu’est-ce que vous pensez de cette approche écologique de l’éducation? Est-ce que vous aimeriez avoir une telle école dans votre région ?

Voici un petit reportage en espagnol fait pendant la construction de l’école :

 

Au Bhoutan : le Bonheur National Brut plus important que le Produit National Brut

Le concept de Bonheur National Brut (BNB) est né au Bhoutan il y a une quarantaine d’années dans l’objectif de montrer que la priorité du gouvernement est avant toute chose le bien-être et le bonheur de sa population. La mise en œuvre d’une politique de BNB a été difficile en raison de la transformation politique du pays et à cause du fait que l’accent est mis sur les aspects spirituels et culturels plutôt que sur la croissance et le développement économique. Comme c’est le cas avec beaucoup d’indicateurs psychologiques et sociaux, le BNB est un peu plus facile à énoncer qu’à définir avec une précision mathématique. 

Avant que cette politique soit mise en œuvre le pays était très fermé, avec une infrastructure défaillante et sans monnaie nationale. Depuis le revenu par habitant a continué de croître et  aujourd’hui c’est l’un des plus élevés d’Asie. La santé et l’éducation au Bhoutan sont complètement gratuites et l’espérance de vie a bien progressé. Le Bonheur National Brut est basé sur neuf domaines qui comportent plusieurs indicateurs : niveau de vie, santé, éducation, utilisation du temps, résilience écologique, bien-être psychologique, vitalité communautaire et résilience culturelle. Une personne est considérée comme heureuse si elle est satisfaite avec au moins six sur les neuf domaines.

La Commission du bonheur national brut a une influence très considérable sur le pouvoir législatif et exécutif.  Cette commission a la capacité de bloquer des projets de loi qu’elle considère dangereux pour le bien-être des citoyens ou pour leur environnement. Ces bonnes politiques ont mis le pays sur la voie de l’agriculture biologique. Le pays a déjà une empreinte carbone négative, due principalement à la conservation des forêts nationales qui recouvrent une grande partie de la surface du pays.

« Nous avons annulé des projets de construction de routes qui auraient dû traverser des parcs nationaux et abandonné la construction d’une centrale hydroélectrique, à proximité de Thimphou, quand il s’est avéré que c’était un lieu fréquenté par des tigres », explique, de son côté, Pema Gyamthso, le leader de l’opposition et président du parti Druk Phuensum Tshogpa. Citation de reporterre.

Les critiques du BNB pointent vers l’aspect incertain et subjective et certains critiques domestiques ont accusé le gouvernement qu’en parlant de bonheur ils essayent de distraire leur population et les organismes internationaux des problèmes économiques du pays.  Ce qui est certain c’est que les discours centrés autours de l’expansionnisme économique et du PNB sont en train de perdre leur crédibilité, les gens commencent à réaliser que les choses qui comptent vraiment dans la vie ne sont pas réductibles à une valeur monétaire et Bhoutan nous en fait la preuve.

Est-ce que vous préfériez que nos pays commencent aussi de se préoccuper plus du bonheur des citoyens et moins de la croissance économique ?

Je vous invite de visionner ce documentaire sur Bhoutan si vous ne l’avez pas encore fait :

On s’en passe du foie gras ? (vidéo SANS images de violence)

Voici une brève vidéo qui nous explique pourquoi nous ferons mieux de ne pas acheter du foie gras:


La pratique barbare du gavage ne s’arrêtera pas si nous ne refusons pas de consommer le foie gras. Qu’il soit produit industriellement ou à la méthode artisanale, le foie gras implique des graves souffrances pour l’animal. Nous n’avons pas besoin de consommer des produits issus de l’exploitation des animaux de manière générale, mais ceci est encore plus clair dans le cas du foie gras où nous nous impliquons dans une pratique si cruelle juste pour poursuivre une pratique culturelle archaïque qui n’a plus aucune place dans le monde d’aujourd’hui.

5 faits surprenants sur les cochons

Les cochons sont des animaux intelligents, curieux et sociaux.

 

“Dans notre étude, les cochons ont appris à se servir des ordinateurs plus rapidement que la plupart des chimpanzés” – Prof Stanley Curtis, éthologue (Université de Pennsylvanie)

Des études sur des porcs ont démontré qu’ils possèdent des capacités cognitives impressionnants. Ils sont jugés plus intelligents que les chiens et les chats et ont la capacité de résoudre des problèmes, au même titre que les chimpanzés. La bonne mémoire des cochons leur permet d’effectuer des testes complexes tels que l’emplacement d’objets selon leur forme et même ‘jouer du foot’, comme démontré dans la vidéo dessus :