Accorder le droit de propriété sur la forêt aux peuples indigènes ? (nouvelle étude)

Les défenseurs des droits de l’homme luttent depuis longtemps pour donner des droits légaux aux communautés forestières autochtones. Une nouvelle étude, unique dans son genre, a montré qu’une fois que les peuples indigènes de l’Amazonie péruvienne obtiennent des droits réels sur la terre sur laquelle ils vivent, la quantité de perte forestière diminue.

De l’Amazonie brésilienne jusqu’à l’île indonésienne de Sumatra, les communautés indigènes ont fait l’objet d’une expropriation violente de leurs terres. De vastes étendues de forêts du monde ont été effacées afin de faire de la place au bétail, aux plantations d’huile de palme ou pour provoquer une expansion de la populations urbaine. Pas de surprise, quand les groupes autochtones sont inclus dans la conversation, les conflits autours de l’utilisation de la terre diminuent. Cette nouvelle étude va plus loin. Les chercheurs ont constaté qu’accorder la propriété aux peuples indigènes réduit considérablement le taux de déforestation. Ceci a bien entendu de vastes avantages écologiques, mais en plus cette approche a renforcé les droits de l’homme et a stimulé les économies autochtones.

Cette étude fait partie des premières analyses spatiales explicites de son genre, et les résultats confirment fortement que l’attribution des titres fonciers aux communautés autochtones et / ou locales peut, au moins à court terme, aider à protéger les forêts“, ont écrit les chercheurs de l’Académie nationale des sciences. Les effets en cascade comprennent la protection de la biodiversité, la séquestration du carbone, l’approvisionnement en eau et une foule d’autres services écosystémiques considérés comme essentiels aux échelles écologiques locales et globales“.

Les niveaux élevés de déforestation dans l’Amazonie, combinés avec les efforts du gouvernement à accorder des titres fonciers à des groupes indigènes ont fait du Pérou un endroit idéal pour discerner si oui ou non un contrôle local plus important peut atténuer la destruction des forêts. Les données satellitaires de haute qualité du Pérou ont permis aux chercheurs de mesurer des zones de coupe claire, ainsi que l’exploitation forestière sélective à petite échelle, qui est souvent invisible dans les données satellitaires de résolution inférieure provenant d’autres pays.

Les chercheurs ont constaté que les taux de déforestation nette ont diminué de plus de trois quarts et que l’exploitation forestière sélective a diminué d’environ deux tiers une fois que les communautés ont obtenu des droits réels sur leurs terres.

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter de L’univers est en Nous et vous recevrez une fois par semaine un message avec les publications les plus intéressantes de la semaine. Suivez ce lien , l’inscription vous prendre littéralement quelques secondes : http://luniversestennous.com/newsletter/

 

1 thought on “Accorder le droit de propriété sur la forêt aux peuples indigènes ? (nouvelle étude)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *