7 millions de personnes décèdent chaque année à cause de la pollution de l’air

Selon un nouveau rapport de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), basé sur les données de 2016, environ 7 millions de personnes meurent prématurément chaque année à cause de la pollution de l’air.

Très peu de gens échappent aux taux dangereux de toxicité. Selon le rapport, 9 personnes sur 10 sont exposés.  Les populations pauvres et vulnérables sont les plus à risque de respirer une telle pollution. Selon l’étude, l’Asie du Sud-Est et la Méditerranée orientale ont enregistré les niveaux les plus élevés de pollution de l’air.

Parmi ces décès, 21% sont dus à une pneumonie, 20% à des accidents vasculaires cérébraux, 34% à des maladies cardiaques, 19% à des maladies pulmonaires obstructives chroniques et 7% à des cancers du poumon.

Ce n’est pas seulement l’air extérieur dans les villes polluées qui constitue un danger pour la santé publique. Environ 3 milliards de personnes respirent des émanations mortelles de cuisinières et des foyers à cuisson, selon l’agence basée à Genève. La pollution de l’air des ménages a causé environ 3,8 millions de décès en 2016. Un nouveau projet essaie de diminuer les dégâts de ce type de pollution avec un foyer à cuisson efficient qui diminue la quantité de fumée qui est émise.

Selon le rapport, plus de 90% des décès liés à la pollution de l’air affectent les pays à revenu faible et intermédiaire, en particulier en Asie et en Afrique.”La pollution de l’air nous menace tous, mais les plus pauvres et les plus marginalisés supportent le poids le plus lourd”, a déclaré le Directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, source Bloomberg. “Si nous ne prenons pas des mesures urgentes en matière de pollution de l’air, nous ne parviendrons jamais à atteindre le développement durable”.

Les niveaux de pollution atmosphérique sont restés largement constants ces dernières années. Mais certaines régions d’Europe et des Amériques ont commencé à voir des baisses de la concentration de la pollution de l’air, selon l’étude. Les gouvernements ont pris certains engagements pour surveiller et réduire la pollution atmosphérique, ce qui a provoqué cette baisse. Mais soyons clairs, on est encore loin de notre objectif. Une nouvelle application gratuite vous donnera une estimation de ce que la pollution de l’air de votre ville représente pour votre santé.Les résultats ne sont pas beaux…

thehill

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *